Aidez Paolo et Francesca à entrer au musée !

Financé
125 %
7 521€ Collectés sur 6 000€
61 Contributions
Terminé
Participez à l’acquisition d'un tableau de Pierre-Claude-François Delorme pour le musée de la Vie romantique
Musée
Paris
Défiscalisation

À propos du projet

Icône de l’amour romantique, l’histoire de Francesca da Rimini et Paolo Malatesta rendue célèbre par Dante avait tout pour séduire les Enfants du Siècle, avides de porter une nouvelle expression des passions. Dans ce tableau datant de 1820, Delorme en donne une interprétation théâtrale et tragique, où le drame est peint avec la délicatesse d’une miniature. 

Le musée de la Vie romantique, avec le soutien de la Société des Amis du musée de la Vie romantique, souhaite faire l'acquisition de cette œuvre, qui par son thème et son esthétique trouvera naturellement sa place dans les collections du musée. 

Situé au cœur du quartier de la Nouvelle-Athènes, le musée de la Vie romantique est un musée de la Ville de Paris consacré aux arts sous la Restauration et la Monarchie de Juillet. L'élégant Hôtel Scheffer-Renan est en effet l'ancienne demeure du peintre Ary Scheffer qui y a reçu durant près de trente ans l'élite artistique et intellectuelle de son temps : Chopin, Liszt, Delacroix, Dickens, Lamartine... Aujourd'hui, le musée de la Vie romantique se veut un témoin de cette brillante période. Outre le pavillon principal, écrin des collections permanentes, le musée comprend deux grands ateliers qui accueillent les expositions temporaires, et un jardin raffiné et luxuriant où se niche un salon de thé. 

Parmi les peintures, sculptures et memorabilia des grandes figures de l'époque comme George Sand et Ernest Renan, une part importante des collections met à l'honneur des œuvres d'inspiration littéraire. Intime et préservé, le musée de la Vie romantique sera un écrin idéal pour ce tableau de charme...

Musée de la Vie romantique - Hôtel Scheffer-Renan


Musée de la Vie romantique - Hôtel Scheffer-Renan


À propos de l'œuvre

L'histoire de Paolo et Francesca

Paolo aime Francesca, la jeune et belle épouse de son frère. Alors qu’ils lisent les aventures de Lancelot et Guenièvre, les deux jeunes gens s’éveillent à l’amour et comprennent leurs sentiments ; surgit alors Gianciotto le mari trompé, qui unit les deux amants en une fatale étreinte, scellée d’un coup d’épée. Leurs âmes, condamnées à errer aux Enfers à cause de ce sentiment adultère, incarne cependant pour toute une génération romantique la puissance de l’amour éternel et sacré, plus fort que l’amour charnel.

Le succès de Dante à l'époque Romantique

En France, le sujet devient à la mode autour de 1810 grâce à la traduction française de la Divine Comédie par Alexis de Montor. En 1812, Marie-Philippe Coupin de la Couperie en propose une interprétation dans la verve troubadour, qui est achetée par l’impératrice Joséphine. En 1814, c’est Ingres qui compose une version pour Caroline Murat, reine de Naples, qui sera suivie par au moins six variations sur le même thème. Le sujet connaît dès lors un succès considérable en Europe auprès des peintres, tout au long du XIXe siècle : Cabanel, Rossetti, Gustave Doré et bien d’autres illustreront cet épisode. 

Le musée de la Vie romantique avait fait une large place à cette iconographie inspirée de Dante dans son exposition Visages de l’effroi en 2015.  Dès les premières décennies du XIXe siècle, Dante devient une figure omniprésente des arts ; dans ce mouvement qui transcende les frontières, le poète est célébré comme une source majeure d’inspiration, alors qu’il avait été rejeté dans les limbes d’un Moyen Âge obscur par les Lumières. Pour toute une génération d’artistes qui s’opposent à un certain ordre classique, les thèmes évoqués par son œuvre semblent capables d’exprimer leur sensibilité exaltée. Dans la lecture de ce Dante rajeuni, ils trouvent les formules aptes à incarner les sentiments violents et passionnés de la jeunesse confrontée aux révolutions politiques contemporaines, ou de celle, victime du « mal du siècle », née trop tard pour les avoir vécues. Le destin de Paolo et Francesca, damnés pour s’être aimés devient une incarnation ambivalente de l’effroi romantique

L'interprétation de Delorme

Dans ce tableau, probablement réalisé à la fin des années 1820, Pierre-Claude-François Delorme nous propose sa version du sujet : il représente l’épisode paroxystique du drame où les deux jeunes gens s’éveillent à l’amour alors qu’apparait en arrière-plan la figure tragique du meurtrier dont l’épée a déjà jailli du fourreau. 

La pièce est plongée dans la pénombre, simplement éclairée par une lampe à huile qui fait ressortir la carnation satinée de la peau de Francesca. L’élégance chromatique de la composition où scintille la blancheur de la robe de l’héroïne et le jaune transparent de son voile donne à l’interprétation de Delorme toute la délicatesse d’une miniature.


À quoi servira la collecte ?

L'acquisition de ce tableau sera un atout pour les collections du musée de la Vie romantique. En effet, outre son charme indéniable, le tableau croise l’intérêt du musée pour son auteur. Élève de Girodet, Pierre-Claude-François Delorme (1783-1859) a réalisé la coupole de l’église Notre-Dame de Lorette – monument emblématique de la Nouvelle Athènes – dont le musée de la Vie romantique avait pu acquérir l’esquisse

Les amours tragiques des deux amants de Dante ont également un écho particulier dans ce musée qui occupe l’ancien atelier du peintre Ary Scheffer : l’une de ses plus célèbres compositions, intitulée Les ombres de Francesca da Rimini et Paolo Malatesta apparaissent à Dante et Virgile, représente les âmes de ce couple amoureux, réunies par-delà la mort.

Les ombres de Francesca da Rimini et de Paolo Malatesta apparaissent à Dante et à Virgile, Musée du Louvre

Dès que l'objectif aura été atteint, le musée pourra faire l'acquisition du tableau, et l'intégrer au parcours des collections permanentes dans les mois qui suivront la fin de la collecte. 

Un emplacement spécifique sera choisi pour l'oeuvre au cœur des collections. En effet, à l'occasion d'un réaccrochage, le public pourra admirer le tableau dans la salle dédiée aux liens entre peinture et littérature à l'époque romantique, et trouvera sa place aux côtés de Don Juan et Haïdée de Marcel Saulnier (1839), Manfred et l'Esprit d'après Lord Byron, de Barthélémy-Charles Durupt (1838) ou Faust au Sabbat de Robert Jefferson Bingham (1860).

Musée de la Vie romantique - oeuvres des collections

De gauche à droite et de bas en haut : 
La Translation de la Sainte Maison par les Anges réalisée entre 1828 et 1837 par Pierre-Claude-François Delorme (1783-1859)
Manfred et l'Esprit, d'après Lord Byron (1831) de Barthélémy-Charles Durupt (1804-1838)
Don Juan et Haïdée (1839) de Marcel Saulnier (?-1842)

Si la collecte est dépassée...

Si la collecte est dépassée, les fonds supplémentaires seront utilisés pour la réalisation d'un cadre pour l'une des dernières acquisitions du musée, le Portrait de Pauline Viardot (1821-1910), cantatrice, en sainte Cécile par Ary Scheffer. 

Pauline Viardot (1821-1910) est une figure majeure du monde artistique et littéraire du Paris romantique. Elle marque son temps par ses talents de cantatrice autant que par ses qualités de compositrice et de comédienne. Mariée en 1840 à Louis Viardot, directeur du théâtre des italiens, elle s’installe en 1848 rue de Douai qui devient alors le lieu de rendez-vous d’une brillante société littéraire et musicale. 

L'acquisition de cette oeuvre a permis de réunir au musée de la Vie romantique deux portraits de Pauline Viardot par Scheffer et de montrer une facette peu connue du travail de cet artiste, entre peinture religieuse et portrait mondain.

L'œuvre révélera d'autant mieux sa beauté dans un cadre sur mesure, qui n'a pas encore pu être réalisé par le musée mais pourra peut-être l'être grâce à vos dons!

À gauche : Portrait de Pauline Viardot (1821-1910), cantatrice, en sainte Cécile. Ary Scheffer (Dordrecht, 1795 – Argenteuil, 1858)

Des dons défiscalisables

Chaque don en faveur du musée de la Vie romantique est défiscalisable car il remplit les conditions générales prévues aux articles 200 et 238 bis du code général des impôts. À la fin de la collecte, vous recevrez un reçu fiscal vous permettant une réduction de votre impôt :

Particulier, vous pouvez déduire 66% de votre don dans la limite de 20% de votre revenu imposable.

Entreprise, l’ensemble des versements au projet permet de bénéficier d’une réduction d’impôt sur les sociétés de 60% du montant de ces versements, pris dans la limite de 0,5% du C.A. H.T. de l’entreprise.

Comment soutenir le projet ?

Vous pouvez soutenir le musée de la Vie romantique et contribuer à l'acquisition de cette oeuvre en faisant un don en ligne sur cette plateforme. 

Vous pouvez également donner par chèque à l'ordre de "Paris Musées", en indiquant au dos du chèque "Musée de la Vie romantique - Souscription Paolo et Francesca". 

Le chèque doit être envoyé à l'adresse suivante: 

Paris Musées - Service mécénat
Souscription Paolo et Francesca
27 rue des Petites Écuries
75 010 Paris

Chaque don réalisé depuis la plateforme ou par chèque servira directement à l'acquisition du tableau dans les mois qui suivent la fin de la collecte.

Vous pouvez être à la fois donateur et acteur du projet en partageant la campagne auprès de vos proches : famille, amis et tous les amoureux du musée de la Vie romantique ! 

Accompagnez le musée en suivant la campagne sur le site internet du musée de la Vie romantique et de Paris Musées, ainsi que sur les réseaux sociaux FacebookTwitter et Instagram. Des surprises vous attendent tout au long de la collecte !

Un grand merci pour vos soutiens !

Contreparties

Pour 20€ ou plus
Soit 6.8€ après réduction fiscale
12 contributions
Ernest Renan
Mention du nom du donateur sur le site internet du musée de la Vie romantique et à proximité de l'œuvre
Pour 100€ ou plus
Soit 34€ après réduction fiscale
28 contributions
Frédéric Chopin
Mention du nom du donateur sur le site internet du musée de la Vie romantique et à proximité de l'œuvre
+ invitation à la soirée privée de dévoilement de l'œuvre au musée de la Vie romantique
Pour 200€ ou plus
Soit 68€ après réduction fiscale
14 contributions
George Sand
Mention du nom du donateur sur le site internet du musée de la Vie romantique et à proximité de l'œuvre
+ invitation à la soirée privée de dévoilement de l'œuvre au musée de la Vie romantique
+ participation à une visite coulisse avec le directeur du musée de la Vie romantique
Pour 500€ ou plus
Soit 170€ après réduction fiscale
0 contribution
Ary Scheffer
Mention du nom du donateur sur le site internet du musée de la Vie romantique et à proximité de l'œuvre
+ invitation à la soirée privée de dévoilement de l'œuvre au musée de la Vie romantique
+ invitation à un concert de la Société des Amis du musée de la Vie romantique suivie d'un cocktail. À cette occasion un catalogue du musée vous sera offert.