Rallumez les lanternes au musée des Alpilles

Defiscalisation
46%
650€ Collectés sur 1 390€
Don contre don
7 Contributions
34 jours Restants
Contribuer


Votre don est défiscalisable. Cliquez sur "Faire un don" pour en savoir plus.

Le musée des Alpilles souhaite restaurer des lanternes de procession de Pénitents conservées au musée depuis au moins 1934. Ces lanternes seront présentées lors de la prochaine exposition temporaire mettant en avant le travail des ferblantiers.
Musée
Saint-Rémy-de-Provence
Défiscalisation

ET SI ON VOUS PARLAIT DU MÉTIER DE FERBLANTIER

En juin prochain, le musée des Alpilles met à l'honneur le travail du ferblantier. Le parcours de l’exposition permettra de découvrir les procédés généraux de fabrication et les outils utilisés, l'usage du fer blanc au cœur du foyer, les ustensiles de cuisines, les outils et accessoires agricoles. Une place particulière est faite au travail du lampiste avec différents modèle de lampe, et tout particulièrement avec les lanternes de pénitents. Celles-ci délicatement décorées de motifs ornementaux ajourés : étoiles, cercles et larmes, témoignent du travail minutieux et soigné de l'ouvrier et rappelle que le ferblantier était aussi qualifié d'orfèvre du pauvre.

L'initiative est partie d'une volonté de valoriser le don au musée d’Eugène Dany en 2002, composé d'un ensemble de matériel de ferblantier datant du XIXème et du début du XXème siècle : bigornes, pinces, marteaux, maillets ou emporte-pièces qui servaient au découpage, perçage, pliage du fer blanc. Les mêmes poinçons ont été retrouvés sur les lanternes de pénitents conservés au musée depuis 1930.


DES LANTERNES A RESTAURER PAROLE D’EXPERTE

Que dit notre experte Stéphanie Legrand Longin, habilitée par la Direction des Musées de France de l’état des lanternes conservées au Musée des Alpilles ?

4 grandes lanternes sont recouvertes d’une peinture blanche soulignée de liserés bleus. Elles présentent de nombreuses traces de dorure sous-jacente.  Des traces d’étamage sont encore visibles dans les recoins de ces quatre lanternes.

Les 8 lanternes sont décorées de motifs ornementaux ajourés : étoiles, cercles et larmes. On retrouve les motifs de décors dans les poinçons du matériel de ferblanterie donné en 2002 au musée et provenant de l'atelier de ferblantier Dany.

On sait que trois lanternes ont été présentées au musée dès les années 1930, et au moins jusque dans les années 1970.  Ne trouvant plus leur place dans le parcours muséographique, elles ont été stockées dans les divers locaux servant de réserves.

D’une manière générale, les lanternes sont en très mauvais état de conservation. Les principales altérations concernent l’encrassement des matériaux, la corrosion du métal et les soulèvements de la polychromie avec pertes de matière en cours. Très ponctuellement, on note la présence de ruptures de soudure au niveau des éléments décoratifs sans que cela ne fragilise la structure. De nombreuses vitres sont manquantes et cassées/lacunaires.

Deux hampes en bois tourné sont retrouvées, désolidarisées des lanternes. Une seule lanterne semble être dans son intégralité, deux lanternes ont leur sommet - croix en couronnement - désolidarisé, une lanterne n'a plus de sommet.

Les 4 lanternes plus petites et peintes en noir sont conservées avec leur hampe.

IL ÉTAIT UNE FOIS LES LANTERNES DE PÉNITENTS A SAINT-REMY-DE-PROVENCE

Les confréries de pénitents prenaient souvent la forme d’une société d'entraide entre les confrères et envers les plus démunis. Accompagnant les fidèles durant leur vie pastorale, et ce jusqu'au tombeau, certains pénitents rendaient un véritable service public.

Saint-Rémy possédait trois confréries de pénitents :

  • Les pénitents blancs établie vers 1568 avaient coutume, le lundi de Pâques, d'aller entendre de bonne heure la messe et d'escalader le mont Gaussier, au sommet duquel ils avaient érigé une croix, afin d'y chanter l'hymne à l'Agneau pascal.
  • Les pénitents bleus avaient leur chapelle dans un quartier pauvre au nord-est de la ville. Ils ont laissé le souvenir de processions qu'ils organisaient en période de sécheresse, pour obtenir la pluie.
  • Les pénitents noirs se tenaient dans une chapelle attenante à l'église Saint Pierre, aujourd'hui dans la cour nord de l'hôtel de Sade. Ils avaient en autre pour tâche d'ensevelir les morts. 

Toutes ces confréries disparurent à la Révolution en 1791 et seule celle des pénitents blancs se reconstitua en 1821 pour retrouver sa chapelle d'origine reconstruite. La confrérie fut dissoute vers la fin du XIXe siècle.  

Les pénitents portaient divers objets durant les processions : en tête de cortège, une croix éclairée par des falots, de grandes lanternes alimentées par une bougie, et des bâtons de bois terminés par une sculpture en plâtre peinte en bleu et doré, symbolisant la transmission du pouvoir.


LE MUSÉE DES ALPILLES A SAINT-REMY-DE-PROVENCE



Ethnologie et arts graphiques à découvrir

Acteur essentiel d’une mémoire riche et vivante, le musée des Alpilles s’attache à rendre sensible et intelligible tout ce qui fait les fondements de la culture saint-rémoise et plus généralement du territoire des Alpilles. Promenade dans le temps et dans l’espace, l’exposition permanente du musée des Alpilles évoque diverses facettes insoupçonnées ou mal connues du patrimoine régional. Ses collections ethnologiques variées, essentiellement constituées d’objets du quotidien, illustrent la relation étroite entre l’homme et la nature.

En tant que musée de France, le musée des Alpilles propose des expositions temporaires tout au long de l’année avec une exposition ethnologique et deux expositions d’art graphiques par an. Le musée propose aussi des stages et des ateliers d’arts graphiques permettent aux visiteurs de s’initier à de multiples techniques.

Le musée est engagé dans le développement durable, notamment en portant la marque Valeur Parc naturel régional. En signant la charte Môm’Art, le musée s’est aussi engagé à réserver le meilleur accueil aux familles. Et avec la marque Accueil Vélo, le musée garantit un accueil et des services de qualité le long des itinéraires cyclables pour les cyclistes en itinérance.

DEVENEZ GARDIEN DE LA MÉMOIRE ET SOUTENEZ LA RESTAURATION DES LANTERNES

Le musée des Alpilles a besoin de vous pour restaurer ses lanternes. En contribuant à cette restauration vous deviendrez gardien de la mémoire et garant de la transmission de ce patrimoine.

La Direction des Affaires Culturelles PACA  participe au financement de la restauration de 4 lanternes qui seront exposées lors de l'exposition de juin 2021 (étape 1).

La participation de la ville de Saint-Rémy-de-Provence et vos contributions permettront de co-financer la restauration des 4 lanternes restantes (étape 2).

Si on atteint l'objectif minimum de 1390€, cette somme nous permettra de financer la restauration d'1 lanterne

Si on atteint l’objectif de 2780 €, cette somme nous permettra de financer la restauration de 2 lanternes.

Si on atteint l’objectif de 4170 €, cette somme nous permettra de financer la restauration de 3 lanternes.

Si on atteint l'objectif de 5560 €, cette somme nous permettra de financer la restauration de la totalité des lanternes.


Comment soutenir ce projet ?

Vous pouvez soutenir ce projet :

  • - en faisant un don en ligne par carte bleue  sur cette page après inscription sur le site Dartagnans
  • - en effectuant un virement bancaire à partir de 1 000€ après inscription sur le site Dartagnans
  • - pour les donateurs français seulement, en envoyant un chèque libellé à l’ordre  "TRÉSOR PUBLIC", au dos duquel vous ferez figurer votre adresse e-mail, et expédié à l'adresse suivante :

Dartagnans
Campagne "Rallumez les lanternes à Saint-Rémy-de-Provence"
15 rue de Milan
75009 PARIS

DES DONS DÉFISCALISABLES

Donateur français :

Votre don est défiscalisable dès lors qu'il remplit les conditions générales prévues aux articles 200 et 238 bis du code général des impôts. A la fin de la collecte, vous recevrez un reçu fiscal vous permettant une réduction de votre impôt :

-          Particulier : réduction de l'impôt sur le revenu égale à 66 % des sommes versées, dans la limite annuelle de 20 % du revenu imposable (art. 200- du CGI). Si le plafond de 20 % des revenus est dépassé, le bénéfice de la réduction peut être reporté sur les 5 années suivantes.

-          Entreprise : la réduction d’impôt est égale :

  • - à 60 % du montant du don effectué en numéraire, en compétence ou en nature jusqu'à 2 millions d'euros de dons annuels
  • - à 40 % du montant du don effectué en numéraire, en compétence ou en nature au delà de 2 millions d'euros de dons annuels (sauf exception)

Le plafond annuel des dons ouvrant droit à l'avantage fiscal est de 20 000 € ou de 0,5% du chiffre d'affaires (HT), lorsque ce dernier montant est plus élevé. En cas de dépassement de ce plafond, il est possible de reporter l’excédent de réduction d'impôt au titre des cinq exercices suivants.

ILS NOUS SOUTIENNENT

On parle de nous...


Merci !

Nous vous remercions de votre soutien et nous serons très heureux de vous rencontrer lors de l'exposition "Ferblantiers, arts et savoir-faire" du 2 juillet 2021 à mars 2022!

Pour nous contacter : [email protected]

continuez à nous suivre

www.museedesalpilles.fr

https://www.facebook.com/Musee...