Restauration de peintures murales, Viviers 07

Lecture
palier 1
palier 2
palier 3
100%
100%
27%
9 080€ Collectés sur 4 000€
51 Contributeurs
0 Jour restant
Participez au financement de la restauration de peintures murales à Viviers (Ardèche)

     

Petite histoire du lieu...

Au nord-ouest de la cité épiscopale de Viviers, au lieu-dit Rochecondrie, s'élève un charmant pavillon de jardin d'un autre temps, rénové et agrandi récemment.



Le pavillon a été construit vers 1900 pour un industriel de Viviers, Emile Lachave, constructeur de presses et moules utilisés dans la fabrication des carreaux ciments.

Le bâtiment est caractéristique du goût de l'époque qui associe à l'architecture un parti décoratif important : combinaison de matériaux et de couleurs avec la brique et la pierre, bandeau d'étage en céramique polychrome, fausse fenêtre à vraie persienne et avant-toit sur consoles bordé d'un lambrequin en bois festonné.

                                                      1908                                2011                                   2013

                           

A l'intérieur, le sol est fait de carreaux ciments "mosaïque" (produit de création vivaroise) fabriqués très certainement à l'aide des presses et autres moules du propriétaire.


La propriété, autrefois occupée en majeure partie par un vignoble, est aménagée tel un grand jardin composé sur plusieurs niveaux.

     

Subsistent aujourd'hui des oliviers sur les terrasses du haut, quelques pieds de vignes, un if magistral, une glycine gargantuesque... et des bassins alimentés par une source en amont du terrain, lesquels ont été rénovés en 2014.

                                                                     

Le bâtiment et les peintures sont référencés via l'Inventaire général du Patrimoine Culturel de Rhône Alpes, mais non classés. Vous pouvez retrouver le descriptif complet des peintures et du pavillon de jardin sur culture.gouv.fr en suivant les liens ci-dessous :

                                                                         Peintures                      Pavillon

Des peintures murales à sauver !

La pièce principale est entièrement habillée d'un décor peint en trompe-l’œil, composition panoramique des environs de Viviers donnant l'illusion d'être au centre d'une terrasse ouverte sur l'horizon et surmontée d'un treillage.

L'angle sud-est montre les bords du Rhône dans la campagne de Viviers.
Au sud-ouest est dévoilé un point de vue sur la vallée du Rhône en aval de Rochemaure, avec les vestiges de la vieille ville :

Le tableau du nord-ouest offre une vue générale et idéaliste de Viviers avec la Cathédrale, le Rhône et au loin la Montagne Saint-Victor et les carrières de calcaire :

Dans l'angle nord-est, l'Escoutay, affluent du Rhône, s'engouffre sous les arches du "Pont romain" :

Au plafond, dans le ciel imaginé, trois angelots s'animent en ronde :


Sur le trumeau de la cheminée est représentée une scène champêtre de moisson, avec au centre deux jeunes filles éclairées par la lumière d'été :

En bas à gauche de cette scène, l'artiste peintre a signé et daté son œuvre : Montuori, 1902. On sait peu de choses de cet artiste italien, si ce n'est qu'il a vécu à Viviers dans les années 1902-1903. Il a laissé également deux portraits sur toile à Viviers.

Si le décor d'ensemble s'est plutôt bien maintenu jusqu'à aujourd'hui avec peu de zones lacunaires, dans le détail, les peintures sont fortement dégradées : fissures du support, parties écaillées, boursouflures... Le temps et l'humidité ont fait leur œuvre, la toiture du pavillon inoccupé ayant elle-même souffert du temps, du vandalisme et des intempéries jusqu'à sa rénovation en 2013.


Il est donc urgent de restaurer ces peintures avant qu'elles ne disparaissent !

Pour une meilleure vision de l'état actuel des peintures, une vidéo vous est proposée en haut de cette page.

À quoi servira la collecte ?

Le montant total des travaux est de 16 855 €.
La restauratrice sollicitée pour ce projet est Cécile Barreaux, ancienne élève de l’École d’Avignon spécialisée dans ce type d’intervention.

La collecte servira à financer une partie des travaux de restauration des peintures (objectif : environ 25% du coût total).

Pour 1 200 euros collectés :

Installation du chantier, mis en place d'un échafaudage mobile. Cartographie des désordres. Protection du sol.

A partir de 1 686 euros collectés :

Le seuil de 10 % du coût total du projet est atteint, condition remplie pour être éligible à l'obtention d'une subvention via le Fonds innovant en faveur des patrimoines ardéchois (Conseil départemental de l'Ardèche) dans le cadre de leur soutien aux projets de restauration d’édifices patrimoniaux qui relèvent du Patrimoine rural non protégé. La subvention couvrira entre 20 % et 40 % de la part budgétaire restante (coût des travaux déduit du montant de financement participatif obtenu).

Pour 2 500 euros collectés :

Reprise des fissures et lézardes du plafond, restauration d'enduit.

Pour 4 000 euros collectés :

La restauratrice effectue un dépoussiérage à sec des peintures du plafond à l'aide d'un pinceau souple, puis un nettoyage au tampon ouate par solution d'eau distillée et d'alcool éthylique. Les écailles picturales sont aussi traitées par injection à la seringue d'adhésif et/ou facing de papier japon qui permet de refixer les écailles.

Si la collecte est dépassée...

Le dépassement de la collecte contribuera à compléter le financement de la restauration. Toute contribution au-delà de l'objectif fixé pour la collecte est la bienvenue !

A partir de 7 500 euros collectés :

Reprise des fissures et lézardes des élévations, restauration d'enduit.

Au-delà de 8 428 euros collectés :

Le seuil de 50 % du coût total du projet est atteint ! La subvention du département de l'Ardèche couvrira entre 50 % et 80 % de la part budgétaire restante (coût des travaux déduit du montant de financement participatif obtenu).

Pour 12 000 euros collectés :

La restauratrice effectue un dépoussiérage à sec des peintures des élévations à l'aide d'un pinceau souple, puis un nettoyage au tampon ouate par solution d'eau distillée et d'alcool éthylique. Les écailles picturales sont aussi traitées par injection à la seringue d'adhésif et/ou facing de papier japon qui permet de refixer les écailles.

Pour 16 855 collectés :

Les décors peints des 4 élévations et du plafond sont repris (réintégration picturale, traitement final des zones lacunaires). La restauratrice achève son travail par la pose d'un fixatif général de protection sur l'ensemble des peintures par nébulation de résine acrylique.

Remerciements

Merci aux associations "CICP" et "Les amis de Viviers" pour leurs actions de protection et d'information concernant le patrimoine local, avec notamment l'excellent ouvrage "VIVIERS : peintures murales de l'antiquité à nos jours" qui fait mention des peintures murales du pavillon de jardin et sur lequel s'appuie les descriptions ci-avant.

Merci à mon oncle Bernard pour son don de la carte postale d'époque représentant le pavillon.

Merci à Cécile Barreaux pour son constat d'état des peintures.

Merci au Conseil départemental de l'Ardèche pour son soutien au projet.

Et d'avance merci à vous donateurs et autres "passeurs de l'info" sans qui ce projet ne peut aboutir... M.E.R.C.I. !

Comptant sur votre soutien, je vous remercie.

Fabien GREFFE
(initiateur du projet, descendant de la famille Lachave, rénovateur et habitant des lieux)


Contact

fabiengreffe(at)hotmail.com

Des dons défiscalisables

Donateur français

Votre don est défiscalisable car il remplit les conditions générales prévues aux articles 200 et 238 bis du code général des impôts. Un reçu fiscal vous sera envoyé à l’issue de la collecte.

  • - Particuliers : une réduction de l'impôt sur le revenu à hauteur de 66% du montant du don, dans la limite de 20% de votre revenu imposable.
  • - Entreprises : une réduction de l’impôt sur les sociétés à hauteur de 60% du montant des versements,pris dans la limite de 0,5% du C.A. H.T. de l’entreprise.

Comment soutenir ce projet?

Il est possible de soutenir ce projet :

par un don en ligne sur cette page, après inscription puis connexion sur www.dartagnans.fr

- en envoyant un chèque (à l'ordre de Patrimoine-Environnement) à l'adresse suivante :

Dartagnans

Campagne Restauration de peintures murales, Viviers 07

14 rue Crespin du Gast

75011 Paris